Bonjour et bienvenue sur :

Face à l’islamisation de la France, la dissidence s’organise

La fondation Polemia, présidée par Jean-Yves Le Gallou, organisait fin novembre à Paris le deuxième forum de la dissidence sur le thème de la résistance à l’islamisation de la France. Animé par Karim Ouchikh, président du SIEL (également intervenant), le forum a réuni Maurice Vidal, ancien professeur de philosophie et membre de Riposte Laïque, Alain Wagner, président de l’Union de défense des citoyens et contribuables, ainsi qu’Alain de Peretti, président de Vigilance Halal.

 

Il convient de souligner la clairvoyance et la qualité des interventions, dont le contenu relève bel et bien aujourd’hui d’un acte de dissidence, puisqu’aucun média traditionnel n’est en capacité de relayer ces informations pourtant cruciales à l’heure où la problématique de l’islam se pose plus que jamais dans notre pays.

Aux antipodes des réalités de ce que vivent les Français, confrontés à une généralisation de revendications communautaires savamment calculées par des islamistes dont la stratégie de conquête est orchestrée par des entités ayant pignon sur rue, le discours officiel se résume en effet à des slogans (vivre ensemble, pas d’amalgame, cela n’a rien à voir avec l’islam, religion de paix et d’amour, etc.).

Force est de constater pourtant que les slogans, fussent-ils le fruit de certains voeux pieux, n’ont jamais résolu les problèmes, encore moins gouverné un pays. Ils ont pourtant, prenant l’aspect de propagande, pris le pas sur le débat, la confrontation des idées, et par conséquent s’inscrivent dans une politique de muselage de tout courant non soumis à la doxa dominante, au prix de la possibilité pour les citoyens de se faire librement une opinion.

En ce sens, l’islam et la manière dont les Français sont aujourd’hui informés ont un point commun : la volonté d’anéantir tout esprit critique, fût-ce au prix des libertés fondamentales et des valeurs sur lesquelles nos sociétés occidentales se sont construites.

L’initiative de ce forum est donc salutaire, en ce qu’elle démontre qu’il existe encore dans notre pays des hommes de valeur dont la liberté de parole est mise au service de la vérité, et dont le courage mérite d’être souligné.

Alexandre Issaïevitch Soljenitsyne, le célèbre romancier et dissident russe ayant payé au prix fort son opposition à la dictature soviétique a écrit : « Si (…) on ne permet pas de dire les choses comme elles sont, la cervelle des hommes se met à battre la campagne irrémédiablement et il devient plus facile de comprendre un martien que son propre concitoyen ».

Cette citation s’applique plus que jamais à la caste politique qui aujourd’hui dirige la France, et qui laisse de manière coupable une doctrine totalitaire dont la vocation est de sonner le glas de notre société se répandre telle une armée d’invasion, et que l’on invite à s’installer.

L’islam n’est pas une (simple) religion. C’est un cancer qui atteint aujourd’hui le stade de la métastase au même titre que le nazisme en son temps ou le communisme durant la guerre froide, avec les mêmes conséquences en terme de mortalité de masse.

Ceux qui ont le courage de le combattre ont la garantie d’être minoritaires aujourd’hui. Ils n’en restent pas moins les porteurs d’espoir de notre civilisation, et de toute une génération d’hommes et de femmes dont l’avenir repose sur la détermination d’une minorité déterminée à rester debout.

Sébastien JALLAMION

45 ans, ancien policier, président de l’Association ANDELE, adhérent au Siel.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Vous devez être connecté pour poster un commentaire