Bonjour et bienvenue sur :

Etats Généraux de la Bioéthique à Montélimar

Le professeur Axel Kahn est un homme de dossier

Nous étions hier soir à la conférence de monsieur Axel Kahn, organisée par le comité LREM de Montélimar. En effet, nous pensons qu'il est important de montrer que les Etats Généraux de la Bioéthique sont une mascarade du gouvernement.

En d'autre terme, bien que les jeux soient fait (voir la promesse de monsieur Macron aux LGBT), personne ne pourra dire : "les Français sont d'accord"

                                                                               ....................................................................................................

Le professeur Axel Kahn est un homme de dossier . Très peu d’empathie de sa part pour le malade et la Personne  Humaine . Pas question de se pencher sur le plus faible, en l’occurrence l’Enfant .
Depuis combien de temps n’a - t -il pas vu de malade en consultation. ?
De grands savants, comme le Professeur Lejeune, ont exprimé tant de belles choses sur les petits malades, le temps passé avec chacun.

Notre orateur nous a servi ses théories en endossant  le costume de « la République »-sic- qui décide, tranche. Pourtant  le bon  peuple fait aussi partie de la République.
Les arguments présentés étaient étayés sur des notions vagues : aucune étude citée, mais des appréciations de discours électoral : "massivement", "courant extrêmement fort", (pour justifier la demande d’euthanasie par ex)...

 Il est venu délivrer son message ; devant un auditoire d’âge mûr.
Dans un amphithéâtre de l’école d’infirmières, il eût été logique d’avoir un public de futurs soignants. Il n’en a rien été. On se serait cru à une réunion du Rotary Club. D’ailleurs les conversations après la conférence, autour d’un verre, portaient sur tous les sujets, sauf sur la conférence entendue. Les gens étaient contents de se retrouver, sans plus. 

Le conférencier n’a pas prononcé un mot sur les sentiments, le sens de la Vie ou toute autre notion philosophique. Nous avons eu droit à un survol des chapitres importants de la loi sur la bioéthique, façon laboratoire .
Par contre, il faut reconnaître que le sujet était trop vaste pour une seule intervention. Peut- être vaut- il, mieux étaler  les chapitres  sur plusieurs soirées.

En préambule, les mœurs évoluent, mais les fondamentaux sont stables, n’évoluent pas.
Nous sommes  d’accord, bien sûr, encore faut il s’entendre sur ce que sont  les fondamentaux. Et  là, surprise :
Merci à Wikipédia , qui a permis au conférencier  de sortir cette épopée de Gilgamesh, roi d’Ur un peu mythique, (2600 avant JC )Je crains que son étude à lui ne soit pas allée  plus loin que la première page de wikipédia . Tout le monde ne peut pas être historien ; mais cela sentait un peu la facilité , l’envie d’en mettre « plein la vue » : Parler de notions vieilles de 5000 ans est plus flou que de dire 2600 avant JC.

Mais voilà : Pourquoi chercher si loin, alors que nos sociétés ont reçu des Grecs, des latins, des Egyptiens  entre autres des bases solides , plus étayées. 
Les révélations délivrées par les prophètes dans la Bible, les écrits éminents des penseurs et philosophes Grecs et Latins .La religion chrétienne nous a enseigné l’altruisme, le Don de soi, etc….
Tout simplement  parce que la compassion est décrite dans gilgamesh. De même que le secours mutuel, le refus de faire du mal , et permettre à chacun de bénéficier d’une juste répartition de biens.  La notion de bien et de mal est ainsi développée , et c’est tout !

En  procédant ainsi, avec des bases aussi floues et vagues, la bioéthique peut surfer sur n’importe quelle idée,

Rappelons nous la phrase du politique : " j’ai mes convictions, mais si elles ne vous vont  pas, j’en ai d’autres "   . Cela permet de « suivre le vent » et comme le dit jean Guitton, » vouloir être dans le vent c’est avoir l’ambition d’une feuille morte »
Donc dans ce cadre  là " les principes sont évolutifs"  et par exemple l’IVG est passé du stade d’interdiction, de délit, au droit intangible des femmes à…
Un droit intangible qui jaillit d’un changement peut donc à son tour être changé.( NDLR.).

Axel Kahn nous a affirmé, sans élément de preuve, que la majorité des femmes qui subissaient une IVG n’avait qu’un seul souci : ne pas être malade après. Exit donc le problème de l’Enfant , des souffrances psychiques familiales, du regret et du remord de la cinquantaine, lorsque l’Enfant manque…..les témoignages de toutes natures affluent, mais ils n’intéressent pas la……. République.

Pour justifier la PMA, avec donneur de sperme, pour toutes, le chiffre de 3,5 millions d’enfants qui vivent avec uniquement leur mère, dans un foyer monoparental nous  a été donné . Les enfants en question  sont, parait -il très heureux. Questionné un peu plus tard, le conférencier dira que seuls 500 000 enfants sur ce total , ne connaissent pas leurs racines, leur géniteur.
Ils sont  issus des travaux de laboratoire, avec un père inconnu……D’où pourtant leur malaise. Une chose est d’être privé de père, par accident de la vie, par une séparation dans le couple, et une autre de ne rien savoir.

Le malaise ressenti par ces enfants sans la moitié de leurs racines est connu, exprimé , étudié.  Les enfants recherchent leurs racines, veulent savoir. Ce qui remet en cause l’anonymat du don. Les avancés juridiques dans le dossier conduiraient à mettre en place le même système que pour les accouchements sous x : donner à l’enfant devenu adulte des informations générales sur ses parents inconnus : type, région, caractéristiques sociales.

Qui garantit donc aux donneurs d’aujourd’hui que les dispositions actuelles ne seront pas modifiées ? dans 20 ans, une nouvelle " avancée "  dénoncera  peut- être tous les donneurs. Ceux-ci verront surgir ainsi une progéniture qui pourra réclamer affection, héritage etc… Leur vie présente sera alors bouleversée tel ce donneur père de 533 enfants ( c’est au cinéma , mais parait-il tiré d’un fait divers aux USA ).

Le conférencier a cité dans son approche la Déclaration Universelle des Droits de l’Enfant. Que n’est il allé plus loin dans sa lecture car à l’article 4 , il est cité que :
Les Etats signataires s’engagent pour tout faire pour que l’enfant  soit élevé par son père et sa mère .

La "signature" de la France est toujours valable. Donc un Etat ne peut pas créer faciliter, autoriser la création d’enfants sans père.

Pour des raisons non éthiques, mais purement juridiques, la GPA ne sera pas autorisée en France, pour l’instant.  Amalgame : de très nombreux pays l’autorisent ???,
On ne saura pas lesquels, mais sûrement pas un grand nombre.

La fin de Vie a donné lieu à des approches de la sédation profonde pour les malades. Sans doute peu de changement à attendre par rapport à la situation actuelle.(dixit la République)

Quant au problème de cette forte " poussée " vers le suicide assisté de personnes non malades, il est probable que l’Etat ne s’engagera pas dans cette voie,  Mais pour combien de temps, vu la mise en œuvre de la politique du confort sociétal.

 

Conclusion :

Nous avons eu l’exposé d’un technocrate de la médecine, sans aucun Humanisme , sans préoccupation  pour le plus faible – l’enfant, le vieillard .

Tristesse et solitude du malade, du patient  devant le monde médical  proposé.

On est passé d’une médecine de soins à une médecine de confort, de désir

Le Droit à l’enfant a dépassé   le Droit de l’Enfant

 

Michel Gaud

 

 
 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Vous devez être connecté pour poster un commentaire