Bonjour et bienvenue sur :

France

Réunion publique à Villeneuve de Berg

Malgré l'annulation tardive et brutale de la salle par le maire (de gauche très démocratique) de Villeneuve de Berg, nos "assises de la France profonde" a bien eu lieu à Villeneuve de Berg hier samedi.

Dl edition d annonay et nord ardeche 20170212

| DIMANCHE 12 FÉVRIER 2017 | LE DAUPHINÉ LIBÉRÉ

Cette réunion a obtenu un franc succès, une centaine de personnes s'étant déplacée,

Notre prochaine réunion se déroulera dans la Drôme

Communiqué officiel

Communiqué officiel (si cette bannière ne s'affiche pas, assurez-vous que votre logiciel de messagerie accepte le
téléchargement d'images.)
         
   

 

SIEL : point d'étape sur les élections présidentielles et législatives

 
par Karim Ouchikh
Président du SIEL,
Conseiller municipal et d’agglomération de Gonesse,
Conseiller régional Ile-de-France.


Déterminé à oeuvrer à l'union véritable des droites, le SIEL est le seul parti patriote qui sait parler aussi bien avec la droite nationale (PDF, Comités Jeanne, Civitas...) qu'avec la droite "républicaine" (PCD, MPF, DLF, RPF...), mais aussi avec des mouvements qui agissent en vue du redressement spirituel et moral de la France (Parti de l'Innocence, Riposte laïque, Résistance Républicaine...). Ce positionnement précieux place le SIEL au centre du jeu politique à droite.

Le FN ayant fait le choix de refuser toute alliance électorale avec le SIEL, il est donc naturel que la formation politique que je préside prenne des contacts auprès de tous les partis de droite, sans exclusive, pour envisager des rapprochements en vue des prochaines élections législatives, selon des modes de coopération variables. Mandaté à cet effet par les instances nationales du SIEL, j'entends mener sans états d'âme les pourparlers actuellement en cours. À l'issue de ces négociations, ce mois-ci, le stratégie du SIEL sera définitivement arrêtée.

S'agissant des élections présidentielles, le SIEL a décidé, lors de son comité directeur qui s'est tenu en novembre dernier, de soutenir la candidature de Marine Le Pen, au regard de l'offre politique du moment. Ce choix provisoire doit cependant être confirmé en congrès, instance souveraine du SIEL, qui se tiendra le 25 février prochain : à cette occasion, les militants seront amenés à débattre du mérite respectif des candidatures en lice avant de retenir démocratiquement celle de ces candidatures qui se rapprochera le plus de la ligne politique du SIEL et des intérêts supérieurs du pays : la souveraineté de la France, son identité, le respect de toutes nos libertés, mais aussi la préservation des grands équilibres ethnico-culturel de notre pays et la défense de notre modèle de civilisation, seront autant de critères de sélection qui pèseront dans ce choix.

   
   
 
   
Communiqué officiel
(si cette bannière ne s'affiche pas, assurez-vous que votre logiciel de messagerie accepte le téléchargement d'images.)
Souveraineté, Identité Et Libertés, 3 rue de l'Arrivée, 75749 Paris 15 - contact@siel-souverainete.fr - www.siel-souverainete.fr
 

Face à l’islamisation de la France, la dissidence s’organise

La fondation Polemia, présidée par Jean-Yves Le Gallou, organisait fin novembre à Paris le deuxième forum de la dissidence sur le thème de la résistance à l’islamisation de la France. Animé par Karim Ouchikh, président du SIEL (également intervenant), le forum a réuni Maurice Vidal, ancien professeur de philosophie et membre de Riposte Laïque, Alain Wagner, président de l’Union de défense des citoyens et contribuables, ainsi qu’Alain de Peretti, président de Vigilance Halal.

Lire la suite

La victoire de François Fillon impose à Marine Le Pen de renouveler son offre politique vers la droite

 
Communiqué officiel (si cette bannière ne s'affiche pas, assurez-vous que votre logiciel de messagerie accepte le
téléchargement d'images.)
         
   

 

La victoire de François Fillon impose à Marine Le Pen de renouveler son offre politique vers la droite

 
par Karim Ouchikh
Président du SIEL,
Conseiller municipal et d’agglomération de Gonesse,
Conseiller régional Ile-de-France.


Avec 68 % des suffrages exprimés, François Fillon a très largement remporté les primaires de la droite et du centre. Le succès de François Fillon est une bonne nouvelle pour le débat politique français. Tout au long de sa campagne, le candidat de la droite de conviction a su en effet acclimater un discours de rupture prometteur, à la fois conservateur sur le registre sociétal, fortement réformateur en matière économique et réaliste au plan international. Cette ligne politique lucide, inédite depuis Georges Pompidou, entre en résonnance parfaite avec les attentes de nos compatriotes qui subissent partout en France les ravages de la mondialisation et les angoisses identitaires.

Pour autant, cette large victoire remportée auprès des électeurs de droite ne doit pas nous faire oublier que François Fillon fut, sous le quinquennat de Nicolas Sarkozy, l’un des artisans du déclassement de la France : avec l’adoption du traité de Lisbonne et le retour de notre pays dans le commandement intégré de l’OTAN, il a accentué notre dépendance européenne et consolidé notre assujettissement aux Etats-Unis ; avec la sanctuarisation de l’espace Schengen et la déstabilisation de la Libye, il a organisé les conditions objectives du chaos migratoire qui frappe brutalement notre continent ; avec la politique de libre échange imposée par les institutions de Bruxelles, il a accéléré la désindustrialisation de notre pays et œuvré au démantèlement partiel de nos services publics…

Devant tant de motifs de déception, c’est dire à quel point que le candidat François Fillon devra très vite convaincre les Français de la sincérité de son programme présidentiel, prouver sa capacité à s’émanciper véritablement du Nouvel Ordre Mondial (UE ; OTAN ; système bancaire international, réseau Bilderberg…) et aussi clarifier ses réponses politiques pour affronter réellement les défis de ce temps : mise sous tutelle de l’islam sur le sol de la République ; défense des racines culturelles chrétiennes de la France ; rupture radicale avec le modèle institutionnel européen de l’UE ; protection absolue de la famille et de la dignité humaine ; mainlevée des entraves qui étouffent notre société et enchainent notre économie...

Le SIEL suivra donc avec une attention toute particulière la campagne électorale d’un François Fillon qui, malgré les insuffisances actuelles de ses engagements politiques, porte manifestement les espoirs de millions de Français.

Dans l’immédiat, le SIEL fait le choix de soutenir la candidature aux élections présidentielles de Marine Le Pen au regard de l’offre politique présente. Mais le SIEL rappelle une nouvelle fois que ce soutien n’est pas inconditionnel. Comme François Fillon, Marine Le Pen devra répondre aux véritables attentes des Français : notre souveraineté, l’immigration, l’emploi, la précarité sociale, la réindustrialisation de la France, les services publics bien sûr… mais aussi le refus d’un islam conquérant, incompatible avec la République, la remigration des populations qui refusent de se plier à nos lois et nos coutumes, la sauvegarde intangible de notre modèle de civilisation, l’affirmation de l’identité chrétienne de notre pays, la défense de la famille traditionnelle et le respect absolue de la vie, de la conception à la mort naturelle, la liberté pour les parents d’éduquer leurs enfants, l’autorité d’un Etat respecté, recentré sur ses missions régaliennes, la protection de toutes nos libertés, dont la liberté d’entreprise…

François Fillon a fait la démonstration de sa capacité certaine à capter puissamment un vote conservateur et identitaire qui séduit largement, y compris parmi les électeurs du FN : si Marine Le Pen néglige cette nouvelle donne politique, l’OPA sarkozyste réalisée en 2007 sur l’électorat frontiste peut fort bien se reproduire…

Comme tous les candidats à l’élection présidentielle, Marine Le Pen aspire à rassembler l’année prochaine tous les Français autour de sa candidature : elle ne saurait y parvenir sans déjà rassembler sincèrement en 2016 tous ceux qui, venant de la droite comme de la gauche, entendent lui apporter un soutien pour faire gagner la France en 2017. Après avoir repris sa liberté le 5 novembre 2016 en quittant un Rassemblement Bleu Marine qui avait largement fait la preuve de son impotence, le SIEL se déclare aujourd’hui toujours disponible pour apporter son concours à Marine Le Pen, mais sur la base d’un accord politique et électoral clair et équitable qui serait véritablement respectueux des intérêts de toutes les composantes de ce futur rassemblement patriotique à vocation majoritaire.

   
         
Communiqué officiel
(si cette bannière ne s'affiche pas, assurez-vous que votre logiciel de messagerie accepte le téléchargement d'images.)